Accéder au contenu principal

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune

Voilà, j'ai terminé La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune, de Christelle Dabos aux Éditions GALLIMARD.




Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé? Et que signifient les mystérieuses disparitions des personnalités influentes à la cour? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité.
 

En vérité, je suis toute émoustillée de parler de ce roman : le tome 1, lauréat du premier concours premier roman jeunesse, m’avait laissé une impression en demi-teinte. Pour être honnête, parce que je m’attendais à quelque chose d’un peu différent. L’autrice était cohérente avec elle-même, son monde et son propos, mais cet univers si plein d’imagination et de recoins tortueux me donnait des envies de roman d’aventure, là où il était bien davantage question d’intrigues de cour, sur fond de romance impossible. Mais je n’avais pas à y chercher quelque chose qui n’était pas prévu par l’autrice… la rencontre s’était donc à moitié faite.
Le style chatoyant, riche de Christelle Dabos était la première accroche de cette lecture. On a l’impression de mordre dans le texte dans il est sensoriel. Un vrai plaisir. La fin qui verse dans l’enquête et le complot m’a aussi tenue en haleine et donné envie de lire le tome 2. Ensuite, je dois préciser que les romances ne sont pas mon domaine de prédilection et que j’ai un peu levé les yeux au ciel en découvrant le thème de « tout les sépare, s’aimeront-ils ? ». Mais là encore, c’est une question de goût tout à fait personnel.

Je viens donc faire un petit mea culpa sur le tome 2.
D’abord, l’univers étant bien campé, l’autrice s’en donne à cœur joie pour nous plonger dans les méandres des intrigues politiques, des manipulations, des trahisons et des cruautés d’une cour plus que décadente. Les personnages irritants d’hier deviennent les piliers de ce récit, les relations inter personnages se développent, s’étoffent. Chaque page nous découvre un nouveau détail d’univers (et moi qui aime les univers inventés avec beaucoup de ramifications et détails, mazette, j’étais aux anges) mais jamais inutile, jamais gratuit. Je salue le talent de narratrice de Christelle Dabos qui jongle avec une multitude d’informations et une intrigue à tiroirs qui semble sans fin. Chaque porte ouverte trouve sa fermeture et ouvre sur une nouvelle dimension de l’histoire pour le tome suivant. On en ressort avec la sensation d’avoir nourri chaque parcelle de son cerveau de lecteur !
Et oui, même l’aspect romance a pris son sens pour moi dans ce tome, parce qu’on prend le temps de développer les choses, de découvrir les personnages, ce qui les unit, ce qui les sépare, on s’attendrit, on s’irrite… et finalement j’ai eu ma petite larme à l’œil dans l’avant-dernier chapitre. Si, si.

Seul petit bémol au final ? La malheureuse héroïne reçoit tant de coups et de blessures, que très vite je me suis demandé comment elle pouvait encore ne serait-ce que tenir debout… même avec la force de volonté qui est la sienne. Je dirais que cela m’a parfois sortie un peu de ma lecture.

En conclusion, ce tome est pour moi porteur des qualités du précédent, en y rajoutant tout ce qui m’avait manqué. Un très bon moment de lecture, ajoutez à ça que c’est un copieux pavé (vive les bons moments qui durent !) et j’ai hâte de savoir ce qui attend Ophélie pour la suite des événements.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…