Accéder au contenu principal

Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n'oublie

J'ai découvert Les mystères de Larispem, tome 1, Le sang jamais n’oublie, par Lucie Pierrat-Pajot, aux éditions GALLIMARD.



Larispem,1899.
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d'un régime populiste, trois destins se croisent... Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l'apprentie louchébem et Nathanaël, l'orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l'ombre d'une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Ce roman est le lauréat de la seconde édition du concours du premier roman jeunesse, à l’initiative de Gallimard. L’accroche m’avait intriguée et je dois dire que c’est une très belle découverte que ce premier tome. D’abord parce que l’univers est campé avec beaucoup de simplicité, d’efficacité et de charme : un Paris, désormais nommée Larispem, selon l’argot des bouchers, ville franche, dans laquelle les Communards ont vaincu et établi un nouveau gouvernement. Cette balade à travers la ville revisitée nous renvoie une image gentiment steampunk, où Jules Verne est un héros populaire : ses inventions littéraires servent de base à la conception technologique. Dans cette société, qui se veut pourtant la plus égalitaire possible, les bouchers constituent la caste la plus admirée. Crainte aussi. Le thème de la viande est omniprésent au fil du texte, il imprègne quantité d’aspects de la vie quotidienne de la cité, ce qui crée une ambiance assez unique où on aime frissonner.
La plume de l’auteur est vraiment plaisante, les mots roulent et font jaillir des images pleines de vie et de dynamisme. On ne s’ennuie pas un instant, on apprécie les détails pleins d’imagination qui achèvent de donner vie à cette vision uchronique.

On y suit les aventures de trois jeunes héros, Liberté, Carmine et Nathanaël, occupés à se creuser une petite place dans la vie et dans la cité. Des personnages tous bien différents et hauts en couleur, chacun à leur manière, pour lesquels l’attachement est immédiat. Liberté, avec son embonpoint et son génie des mécaniques de tous poils, provinciale au grand cœur. Carmine, l’apprentie louchébem (bouchère) à la peau noire, avec de la force de caractère à revendre. Et Nathanaël, l’orphelin pâle qui ne semble retenir l’attention de personne, qui pourtant affronte avec courage un choix difficile…
Mais un ennemi rôde et cherche à renverser la vapeur, les vaincus de la Commune le sont-ils vraiment ? Difficile de résister à en dire plus, mais pas question de gâcher le plaisir de ceux qui n’ont pas encore lu ce beau roman. Sachez seulement que Le sang jamais n’oublie. Larispem non plus !

Que dire ? J’attends la suite avec impatience. Le décor est en place, les personnages sont prêts à aller de l’avant, malgré des situations parfois très inconfortables. Le tome suivant sera sans aucun doute un incontournable !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…