Accéder au contenu principal

Les Outrepasseurs, tome 3 : Le libérateur


J’ai finalement pu lire le tome 3 du cycle Les Outrepasseurs,  Cindy Van Wilder, paru aux éditions GULFSTREAM. Alors avec un train de retard sur le reste du monde, semble-t-il, mon impression…



Un terrible hiver s'abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d'Arnaut sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il ne semble y avoir aucune solution. Jusqu'à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachées...

Ce tome est en fait l’occasion de revenir rapidement sur la trilogie. Ou plus exactement ce qui était initialement prévu comme une trilogie, puisqu’un tome 4 viendra se greffer sur ce cycle.
C’est donc un tome de conclusion : Peter arrive au bout de son histoire, les éléments mis en branle au cours de deux premiers tomes se nouent dans un climax intense. Tous les éléments du drame sont réunis : combats, morts, renversement des dynamiques en place, nouveaux personnages, nouveaux éléments d’univers. Et une escalade dans la terreur, puisque suite aux manigances de la Reine des Neiges, la menace la plus définitive plane sur tous les protagonistes, quelle que soit leur allégeance.
L’écriture est efficace, juste et très dynamique, inutile de dire que ce cocktail tient le lecteur en haleine jusqu’au bout. C’est un des points forts du roman. Pour mon goût personnel, c’est presque dommage d’ailleurs, car je tolèrerais très bien de plus longs développements de l’histoire, mais le tout est géré avec un rythme assumé, sans fausse note. L’ambiance est oppressante, car sans se complaire dans des détails de mauvais goût, l’auteur distille de la cruauté et de l’accablement tout au long des pages. Le dosage est fort réussi.

Le détournement, ou la réinterprétation de contes traditionnels, dont les fondements sont bien plus cruels qu’ils n’y paraissent, gagne en saveur au fur et à mesure que l’histoire se déroule et s’enrichit. Ce thème permet à tous ceux qui ont grandi dans cette tradition de trouver une matière familière et d’être malgré tout surpris ou transportés plus loin qu’ils ne le pensaient. Une autre force de cette histoire…
Ce tome est rythmé par les confidences, en début de chapitres, du Chasseur qui raconte ses souvenirs. La plongée dans différents points de vue ajoute aussi au charme de cette histoire haute en émotions, on se prend à sympathiser brièvement avec les plus cruels des personnages, à regarder avec un recul critique ceux qui en apparence sont les plus proches de nous. C’est une autre chose remarquable dans la trilogie : la frontière entre bien et mal est très incertaine. Aucun personnage n’est irréprochable, tandis que les monstres sont, à leur mesure, capables de tout par amour. Rien d’étonnant d’ailleurs, dans cette histoire où la sensualité est omniprésente, où l’amour danse toujours avec la mort.
Ce qui m’a personnellement beaucoup émue est le rapprochement pour le moins inattendu et très héroïque de certains personnages. Je ne spoilerai pas, évidemment, mais une certaine alliance, et les scènes qui en découlent, restent mes favorites de ce tome.

Cette trilogie est une belle expérience pour moi, qui s’appuie en partie sur un de mes contes préférés, met en scène des personnages sulfureux et ambigus, des forces primales, élémentaires (sujet qui me parle profondément). Mon seul regret, sans doute, est l’impossibilité de me sentir réellement proche d’un personnage, même si un ou deux d’entre eux m’attendrissent davantage. Lubie de lectrice, sans doute, j’aime avoir un chouchou. Néanmoins ce manque est compensé par la prolifération de personnages marquants, intenses, voire fascinants, à défaut d’être toujours attachants.
Cerise sur le gâteau, les allusions disséminées dans ce tome donnent d’ores et déjà envie de se plonger dans le prochain tome, Ferenusia.

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…