Accéder au contenu principal

Pérismer, tome 1 : La reine des noctères


 Pérismer, tome 1 : La reine des noctères par Franck Dive, aux éditions Mnémos

 



Ils sont cinq. Cinq adolescents qui vivent depuis leur plus jeune âge dans un monastère isolé du monde extérieur. Par une nuit tragique, ils échappent de justesse à l’agression de ténébreuses créatures et, pour survivre, doivent se résoudre à l’exil.
Un long périple les attend, au cours duquel ils n’auront pas d’autre choix que d’apprendre à s’entraider et à dépasser leurs différences, car face à eux se dresse la Reine des noctères, un fléau qui les considère déjà comme ses pires ennemis.

 Tous les ingrédients d’un bon classique sont réunis dans ce roman, que j'attendais de lire avec la dernière impatience. On y retrouve les éléments fondamentaux d’une quête de high-fantasy : un groupe affronte mille périls pour sauver son univers d’une sombre menace, de l’aventure épique, un voyage avec un sens initiatique, des ramifications géopolitiques, des créatures fantastiques et des dragons.
Ici, le groupe est avant tout constitué d’adolescents et d’enfants, très « particuliers ». Leur voyage, une fuite en avant impitoyable, les oblige à découvrir et accepter en peu de temps l’extrême de cette particularité. Tous ont un rôle et un caractère bien à part, et les différentes couches de liens qui se tissent dans leur groupe représentent un atout indéniable de l’histoire. Leur jeunesse offre à l’auteur la possibilité d’explorer son univers avec fraîcheur, voire innocence : apprivoiser l’autre, comprendre le monde, y trouver sa place et de l’espoir pour l’avenir, alors que le danger est omniprésent et que la noirceur pèse sur leurs épaules. Tout ça sur un rythme soutenu, où l’on ne s’ennuie jamais.
C’est un autre point marquant du roman, inutile de songer à souffler ! On retient sa respiration, on tremble, on panique… on s’émeut (oui, ce n’est pas nouveau, j’ai l’émotion débordante, côté lacrymal). Le lot d’adversités qui attend ces jeunes gens est assez ébouriffant, et découvrir leur force ne se réalisera qu’au prix d’expériences douloureuses, physiquement et moralement. D’ailleurs la scène d’exposition plonge d’emblée le lecteur dans un cauchemar éveillé, peuplé des fameuses noctères. Si vous avez peur des insectes, vous n’en ressortirez pas indemne !
Le petit plus, à mon sens, de ce beau texte, est la dimension très humaine des jeunes héros : on est loin des stéréotypes hiératiques chers aux origines du genre. La peur et le doute, le défi, la volonté de prouver sa valeur et l’accablement face à leur responsabilité ponctuent leur progression. En un sens, la caractérisation des personnages est très contemporaine.
Autre valeur ajoutée, la plume élégante et très dynamique de l’auteur : les descriptions sont très vivantes, avec une réelle force esthétique. Tout sonne juste et l’ensemble se dévore, et si le roman arrive à une conclusion qui peut se suffire, il ouvre également vers une suite, que j’attends d’ores et déjà avec impatience.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…