Accéder au contenu principal

Les cartographes, tome 1 : la sentence de verre

Je viens de terminer La sentence de verre, par S.E. Grove, aux éditions Nathan.




Dans ce monde bouleversé, les Etats-Unis sont au XIXe siècle, le Groenland est plongé dans la Préhistoire, l'Afrique du Nord est revenue au temps des Pharaons… Quelle est la carte qui permettra de réunifier le monde en une seule et même époque ?

Sophia vit à Boston, en Nouvel Occident. Depuis huit ans, lorsque ses parents explorateurs ont disparu en mission, elle est élevée par son oncle Shadrack, le plus célèbre cartographe de Boston. Mais voilà qu'il est brutalement kidnappé… La jeune fille s'élance alors sur ses traces. Elle n'a qu'une piste : une mystérieuse carte de verre accompagnée d'un message, que Shadrack est parvenu à lui laisser. Avec son nouvel ami Théo, elle va traverser terres, mers… et se confronter à des mondes complètement différents. 
 Ce roman jeunesse se déroule dans un type d'univers et d'ambiance que j'aime particulièrement : de l'aventure, du voyage, de l'érudition et du mystère. J'étais dans mon élément et je n'ai pas été déçue, le dépaysement est garanti, avec en prime une ambiance 19è très agréable.
Chaque zone du monde se trouve donc à une époque différente ce qui crée des bouleversements intéressants et bien amenés (une mention spéciale pour le concept des lachrimas, qui est une superbe idée et très bien exploitée au fil du roman). Néanmoins, l'existence de créatures totalement fantastiques suggère qu'il ne s'agit pas que d'une question de bouleversement temporel. J'espère que cela sera développé dans les tomes suivants, car si ça apporte une touche originale et magique supplémentaire, l'auteure a à cœur d'avoir une approche assez intellectuelle de cette déchirure dans le temps et les créatures s'y inscrivent d'une manière un rien artificielle. A suivre donc pour en apprendre plus !

Quant à Sophia, le personnage principal, elle m'a laissée une impression en demi-teinte: trop mature et indépendante pour une fillette de treize ans (même si cela se justifie totalement du point de vue de son histoire personnelle), je lui ai trouvé un côté assez froid, peut-être un rien lisse, alors qu'elle vit avec la blessure de la disparition de ses parents. De plus, sa principale faiblesse, très intéressante et bien trouvée, se révèle être au final sa plus grande force et lui donne un tel ascendant sur les personnages secondaires, pourtant adultes que ceux-ci perdent en crédibilité. Même son oncle, censé être un cartographe, géographe, aventurier hors pair souffre cet effet. Il en va de même pour les autres adultes que Sophia rencontre au fil de son périple. Les pirates, cartographes, botanistes hauts en couleurs et pleins de charme ont au final un rôle modéré. Ils servent de support, très clairement. J'espère les retrouver dans les tomes suivants et avoir le plaisir de les voir davantage développés.
Autre mention spéciale pour les chapitres racontés du point de vue de Shadrack durant sa captivité, ce qui permet de mieux saisir l'ampleur de l'histoire.

Malgré ces légers bémol, l'aventure nous transporte, la magie des cartes opère et on n'a qu'une envie c'est de poursuivre l'exploration !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…