Accéder au contenu principal

Cinéma : the lost city of Z

Fraîchement visionné, j'ai eu envie d'en parler un peu, car l'année dernière, sur les conseils de mon frère (cinéphile émérite) j'avais lu en amont l'ouvrage dont est tiré ce long-métrage. Il s'agit d'une recherche journalistique par David Grann du parcours de Percy Fawcett, un des derniers grands explorateurs du monde moderne.







Globalement, le film me laisse une forte impression, il possède une personnalité et une élégance de ton, de forme, qui m'ont séduite. Les images sont simplement magnifiques, mais aucune surprise, Darius Khondji opérant comme directeur de la photographie. Je ne vais pas développer le scénario, assez linéaire et dans lequel James Gray a choisi de mettre certains accents un peu mélodramatiques classiques par moment. L'histoire fonctionne, les performances d'acteurs sont convaincantes, principalement Charlie Hunnam, rôle principal et Sienna Miller, qui interprète son épouse. J'ai aimé les choix visuels de la mise en scène, les couleurs, l'atmosphère qui s'en dégage.
Je regrette seulement une chose, que la nature (donc la jungle) ne soit pas plus un personnage du récit, plus oppressante et finalement, obsédante. D'ailleurs, le scénario est obligé de nous expliquer par la voix de personnages secondaires (le premier guide indien et la voyante russe) la fascination de Fawcett pour l'Amazonie et ses forêts. Son incapacité à ne pas y retourner en dépit des sacrifices à consentir.
Mais même ainsi, le film reste une expérience qualitative à mon goût. Je n'ai pas vu passer les deux heures vingt de la narration (il y avait tout ça??) et les images, le goût, les voix me restent en tête longtemps après le visionnage terminé. Ce n'est pas à proprement parler un film d'aventure, ni purement un film biographique. C'est véritablement d’exploration dont il est question : celle de l'Amazonie, mais aussi celle du chemin de vie d'un homme hors du commun, celle des travers d'une société en mutation au début du siècle, entre guerre, découvertes, profits et domination raciale. Ou encore celle du cinéaste dans une narration un peu hybride. En fait, ce film me donne l'impression d'une expérimentation délicate sur une trame complexe, réalisée avec grâce.

Je pense que dans quelques temps, il supportera un second visionnage et un nouveau regard.

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…