Accéder au contenu principal

Dichotomie d'une scribouillarde

L’adresse directe, ce n’est pas mon fort. Je suis plutôt celle qui se cache derrière les histoires qu’elle écrit, (sans vouloir verser dans le cliché romantique à outrance) je serais plutôt l’ombre qui hante les pages, tout en tâchant de se faire oublier. Ce n’est pas pour rien que je dis souvent que j’écris pour ne pas avoir à parler.
Timide, certes, dotée d'un certain instinct de conservation, sans doute, mais aussi débordée par des envies de raconter des histoires. De s'améliorer aussi.




Pourtant, l’écrivain 2.0, pour paraphraser Olivier Gay, doit savoir jongler avec les réseaux sociaux. Montrer sa patte en toute occasion. Si l’échange autour de textes est une des expériences les plus enrichissantes de ma vie, notamment via la bêta-lecture, tenir un blog est une entreprise difficile. 
La plupart des articles dans la veine de celui-ci sont rédigés, relus, supprimés. Voire même publiés, puis supprimés. La chronique de mes lectures est un bon compromis : c’est un avis donné dans un cadre bien défini, bien balisé. Néanmoins ça finit sans doute par être un peu froid et distant.
Alors est-ce qu’on devrait partager plus ? Raconter davantage comment les choses se passent pour moi en coulisses ? Je crois que c’est aussi pour ça que j’ai débuté une newsletter pour le blog, pour parler dans un cercle plus privé mais que chacun peut rejoindre, s’il le souhaite.
Et puis, que dire de plus ? Si jamais ce que je donne de moi dans mes petites histoires étaient le meilleur de moi ? Qu’il ne reste plus grand-chose de flatteur à présenter en sus ? Ce frisson-là est terrible, à vrai dire.


Passer la barrière entre l’idée et le réel, concrétiser quelque chose susceptible de toucher l’autre, qui qu’il soit, est un voyage à travers des gorges encaissées. Les eaux s’y écoulent toujours avec force, de rapides en tourbillons. Néanmoins j’espère qu’à l’arrivée, un peu de ciel bleu nous attend.

Commentaires

  1. Moi je trouve que tu te sors très bien de l'exercice, et je prends autant de plaisir à lire ta prose sous cette forme non fictionnelle que dans tes romans ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci , c'est adorable. ^ ^ C'est un sacré travail sur soi !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…