Accéder au contenu principal

Le restaurant de l'amour retrouvé

Ce n'est rien de neuf dans ma vie. Ce livre, c'est une de mes lectures "doudou". J'écrirai un article de blog à ce sujet dans un futur proche, d'ailleurs. Quand je n'ai rien d'autre sous la main ou que j'éprouve un besoin de régression dans une bulle familière et douce. Pas forcément toujours très gaie, mais capable de me placer dans un état de flottement confortable, protégé. Le restaurant de l'amour retrouvé, par Ogawa Ito, n'est pas un chef-d'oeuvre immortel de la littérature, mais c'est un livre qui même s'il me glace parfois, me fait du bien. Parce que je peux apprécier un livre qui ne partage pas forcément mes valeurs. Il est dans ma bibliothèque dans l'édition de Picquier poche. J'aime énormément cette photo somme toute très classique, mais sa simple contemplation me rend agréablement mélancolique.



Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l’art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.
Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l’épice secrète est l’amour.

J'aime énormément la sensibilité de la plume d'Ogawa. c'est même davantage un pinceau à la touche délicate. J'aime sa façon de parler de la nourriture, vivante et sacrée presque, sans doute plus que sa façon de traiter les personnages. L'héroïne, cependant, me parle beaucoup, je retrouve avec elle un fin fil d'empathie à chaque relecture.
Je lis et relis notamment les passages en début de roman où il est question de la jarre de saumure héritée de sa grand-mère. Ce roman est une bulle, à travers laquelle souffle ce vent de liberté qui réveille des échos en moi : celui qui dit qu'on peut tout abandonner pour repartir à zéro, que revenir en arrière n'est pas forcément un constat d'échec.
La résolution de l'histoire, ses drames, donnent une teinte amère peut-être à l'ensemble, même si elle ouvre sur de l'espoir, si la vie se poursuit. Néanmoins cette expérience de vie agit sur moi comme une pilule guérisseuse, et qui du même coup me place dans un état d'empathie créative très positive.

Je le recommande.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…