Accéder au contenu principal

Un petit bilan bujo



Il y a longtemps que je n'en avais plus parlé. Depuis deux ans environ que j'utilise le système du bullet journal, après une vie à être résistante aux agendas. Comme beaucoup, je me suis enthousiasmée, j'ai vu grand, j'ai vu délirant. J'ai opté pour des carnets énormes pour pouvoir y intégrer mes notes d'écriture. J'ai tenté le planner pour pouvoir organiser par catégories. Mais cela mobilisait trop de ressources : avoir les bons inserts, ou les fabriquer et passer beaucoup de temps en découpe, difficulté à gérer la double page. 
Finalement je suis revenue au carnet et je me suis risquée à investir un des fameux Leuchttrum 1917. au mois d'avril. Bilan depuis : c'est le meilleur système. On ne présente plus les points forts de ce carnet, les pages sont déjà numérotées (honnêtement, quel confort), le carnet s’ouvre bien à plat, le papier en dot grid (mon choix, même si j'aime beaucoup les petits carreaux aussi) et le plaisir d'un objet de qualité. 
Je suis aussi revenue aux sources en jouant sur l'adaptabilité extrême du bujo: la possibilité de faire varier le système selon les mois et les envies. J'ai passé l'essentiel de l'année en mode minimal, avec juste un peu de couleur pour donner du relief aux dates et un peu de washi pour indiquer ma double page du mois en court. pour le reste, seulement des to do lists quotidiennes. Et puis ce mois de novembre, une envie de décoration m'a reprise, alors j'ai réinvesti le bujo en modifiant les layouts. 
J'ai même retenté pour début décembre d'utiliser des pages hebdomadaires, parce que je m'investis dans davantage de projet avec un timing un peu plus maîtrisé depuis qu'Outre-Temps a trouvé son éditeur.






Pour l'année à venir, je me risque aussi à gérer ce petit tableau ci-dessus, pour avoir un suivi global de mes écritures, en quatre colonnes. Plus, ci-dessous, une page toute simple pour jeter les idées d'articles pour faire vivre gentiment ce blog.



Donc, je retrouve le plaisir de décorer, de remplir, de faire vivre. Pour moi, le Leuchtturm est adopté, pour sa souplesse justement.Je peux l'enjoliver comme le gérer de la façon la plus minimaliste et avoir toujours le même plaisir à le garder partout avec moi. J'ai admis que je ne pouvais pas gratter des lignes et des lignes de plans et de recherches d'écriture, qu'un carnet thématique reste nécessaire pour la gestion des romans et des nouvelles, de la conception à la correction. Mes énormes carnets Hema sont parfaits pour ça. Tout le reste de ma gestion trouve sa place dans le bujo et j'éprouve une sensation d'équilibre. sachant que ces deux carnets ne me quittent jamais. Si vous me suivez sur instagram, vous savez comment je m'assure qu'ils restent bien ensemble en toute circonstance. Bref, un bilan très positif.

Le plus dur sera de choisir la couleur du prochain carnet... ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pérismer, tome 2 : L'ombre de Luisen

Tadaaa, je l'ai dévoré, alors ne tardons pas ! L'ombre de Luisen, de Franck Dive, que j'ai pu lire grâce aux éditions Mnemos, que je remercie encore pour cette chance.



Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser. Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas restée sur ma faim. L'auteur reprend ses personnages et les modèle au fil d'une évolution qui nous permet de les apprécier encore davantage. Ils grandissent, chacun à leur manière et tous sont également attachants, émouvants. Encore une fois, j'admire leur humanité entière, la façon dont ils mettent leurs compétences à l'oeuvre pour trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent.  Chacun à sa mesure, avec ses particularités, s…

Identités

J'ai lu Identités, de C.Sizel, aux éditions Plume Blanche.


Peur. Discrétion.
Les règles ont changé. Le territoire est divisé entre différents gangs qui tiennent les rues d’une main de fer. Ce monde, c’est celui de Lia et si elle veut y survivre, elle va devoir s’adapter !

D'abord, je dois dire que la dystopie c'est quelque chose que j'affronte plus volontiers au cinéma pour de pures raisons de survie, étant hypersensible : ça va plus vite, c'est tape à l’œil et je peux critiquer les incohérences pour éviter de fondre en larmes. Je gère mal la cruauté et le côté accablant des univers généralement dépeints dans ces œuvres et le côté lissage hollywoodien me rend de ce point service. Néanmoins, j'étais curieuse et je ne le regrette pas du tout. C'est typiquement le genre de roman difficile à chroniquer sans en gâcher les surprises, sans en diluer le sel, donc je vais me borner à l'essentiel. Il est vraiment bien construit et bien narré. L'héroïne est attach…

Publication d'Outre-Temps

Voilà la nouvelle tant attendue, Outre-Temps Livre I paraîtra aux Éditions Plume Blanche en septembre 2019.
Je ne pouvais pas ne pas en toucher un mot ici, évoquer comment la saga a ouvert ses verrous et prendra forme pour devenir un livre, un objet à partager. Curieuse sensation, extrêmement curieuse. Qui le sera sans doute bien plus une fois que je tiendrai le résultat terminé entre les mains.

Ceux et celles qui ont approché ce projet savent qu'il était initialement prévu sous forme de quatre tomes. Même si dans mon esprit, il ne s'agissait qu'un seul long et même tome, fractionné pour des raisons d'ordre pratique. Ceux qui l'ont approché aux origines se souviendront peut-être que le projet initial comptait pas moins de huit tomes. Si, si. Parce que l'univers devait y être beaucoup plus développé, les sous-intrigues plus nombreuses. En somme, quelque chose qui ne s'accordait pas très bien avec un projet orienté jeunesse.
Ces quatre tomes donc, paraîtro…